Le Fonds Adolphe Haberer au Centre Culturel Irlandais :

déambulations dans l’histoire de la poésie irlandaise contemporaine

En 2016, Adolphe Haberer, professeur émérite à l’Université Lyon 2 – Lumière, a légué sa bibliothèque de poésie irlandaise au Centre Culturel Irlandais, situé au cœur du cinquième arrondissement de Paris. Le fonds compte plus de 300 livres, essentiellement des recueils de poésie et des ouvrages critiques, dont de nombreuses premières ou rares éditions.

On y trouve par exemple une édition de 1929 de Blind Fireworks de Louis MacNeice, sur qui Adolphe Haberer a écrit sa thèse de doctorat, la première consacrée au poète (elle fait d’ailleurs aussi partie du fonds), un rare exemplaire des Selected Poems de l’écrivain et critique Seamus Deane, des livres dédicacés par leurs auteurs, mais aussi des premières éditions de livres d’Eavan Boland, Medbh McGuckian et autres poètes, ou encore Death of a Naturalist de Seamus Heaney arborant la désormais célèbre couverture bicolore de la première édition.

Sélection d’ouvrages de Louis MacNeice, Fonds Adolphe Haberer, Paris, Centre Culturel Irlandais.
Photo du CCI

Mais au-delà de la richesse des titres que comprend cette collection, c’est en ouvrant ses livres que l’on prend la mesure de son caractère unique et de son grand intérêt pour les chercheuses et chercheurs ainsi que les amatrices et amateurs de poésie irlandaise. Nombreux sont les ouvrages qui renferment des surprises : livre après livre, on découvre les coupures de journaux qu’Adolphe Haberer y a glissé au fil des années. Certaines sont des recensions du livre qu’elles accompagnent et permettent d’ancrer l’ouvrage dans son contexte de publication. D’autres font un écho thématique ou chronologique au contenu du recueil. Dans l’un des deux exemplaires de North de Seamus Heaney, on trouve ainsi un court article intitulé ‘History’s bones of contention’ (The Observer, 16/04/1995) qui traite des controverses autour des restes humains qui, arrachés à leur lieu ou pays d’origine, se trouvent dans des musées. Illustré par une photo du Lindow Man, célèbre bog body du British Museum, l’article tire le fil des bog poems, les poèmes de North inspirés par les corps de l’âge du fer retrouvés dans les tourbières et écrits deux décennies auparavant. Dans l’exemplaire de The Redress of Poetry, où sont collectées les conférences données par Heaney entre 1989 et 1994 alors qu’il était Professor of Poetry à l’Université d’Oxford, la lectrice découvre un article publié deux jours après la signature de l’Accord du Vendredi Saint de 1998. Il constitue l’un des rares commentaires du poète sur la situation nord-irlandaise après les années 1970 (The Observer, 12/04/1998).

A ces coupures que l’on découvre au hasard de nos recherches s’ajoutent trois collections d’articles de journaux et de magazines, concernant trois auteurs, Seamus Heaney, Paul Muldoon et Tom Paulin. Ces collections, fruit d’une accumulation personnelle sur plusieurs décennies, permettent d’entrouvrir une porte sur la réception de ces poètes, mais aussi de (re)découvrir leurs productions en prose, qui n’ont pas toutes fait l’objet d’une édition.

Dans la collection d’articles liés à Paul Muldoon, les plus frappants sont sans doute ses rares articles ayant trait au cinéma, et notamment sa critique du dessin animé de Disney Pocahontas, dans le Times Literary Supplement (13/10/1995), intitulée ‘Barbie but no bimbo’. Dans le fonds, on trouve aussi un exemplaire de Madoc: A Mystery (1990) dans lequel est glissée, entre deux recensions de la poésie de Muldoon, une autre critique cinématographique du poète, ‘Big Hair’, cette fois du film The Last of the Mohicans réalisé par Michael Mann (TLS, 6/11/1992). Dans un langage qui lui est caractéristique, le poète évoque ‘a list of stuntsmen as long as the Hudson’, mais commente aussi plus sérieusement le traitement des Amérindiens et l’érotisation de l’héroïne éponyme dans le dessin animé de Disney. Un rapprochement s’impose entre ces critiques et l’arc thématique de son recueil Madoc, qui doit son nom au prince gallois qui aurait découvert l’Amérique avant Christophe Colomb et engendré une tribu légendaire d’Indiens parlant le gallois.

La collection d’articles sur Tom Paulin contient de nombreuses recensions écrites par le poète. L’une d’entre elles, d’une anthologie des lettres d’Elizabeth Bishop (‘Newness and Nowness’, One Art: The Selected Letters, TLS, 29/04/1994), entre en dialogue avec plusieurs autres critiques du même ouvrage, ainsi que des courriers des lecteurs, ce qui permet de mettre en lumière de façon frappante les préoccupations de l’auteur irlandais : alors que d’autres la jugent égocentrique et s’étonnent qu’elle commente si peu l’actualité mondiale dans ses lettres, Tom Paulin, lui, est ravi de déceler chez la poète américaine un certain radicalisme, ce qui la rapproche de ses propres préoccupations politiques. Est également très bien documentée la controverse autour de l’anthologie The Faber Book of Political Verse (1986) que Tom Paulin devait co-éditer, mais dont il assumera finalement seul la sélection. Des réponses de lecteurs et des recensions permettent de porter un regard privilégié sur ce moment de l’histoire littéraire du monde anglophone.

Quant à Seamus Heaney, nombreuses sont les recensions accumulées au moment de la publication de certains de ses recueils, comme Seeing Things ou Electric Light. Certaines sont même accompagnées d’étonnantes caricatures du poète. L’un des temps forts de la carrière de Heaney, son Prix Nobel en 1995, est évidemment documenté, et notamment à travers les articles de la presse française. L’annonce du Nobel dans Le Monde (7/10/1995), une page complète dans le JDD (21/07/1996), avec illustration, et un entretien dans La Croix (31/03/1996) fournissent un bon aperçu de la façon dont son œuvre a été présentée, presque « traduite », à l’attention du public français, pour qui son nom devait être à l’époque plutôt inconnu.

Sélection d’ouvrages de Seamus Heaney, Fonds Adolphe Haberer, Paris, Centre Culturel Irlandais.
Photo du CCI

Cette collection personnelle réserve bien d’agréables surprises aux lecteurs et lectrices curieux de poésie irlandaise et aux chercheurs et chercheuses qui s’intéressent notamment à la réception de la poésie irlandaise dans la sphère anglophone.

Le Fonds Adolphe Haberer figure dans le catalogue en ligne de
la Médiathèque du Centre Culturel Irlandais
. Le fonds est consultable sur place, au Centre Culturel Irlandais (5, rue des Irlandais, 75005 Paris), sur rendez-vous : mediatheque@centreculturelirlandais.com
ou 01 58 52 10 83.

 

Médiathèque du Centre Culturel Irlandais. Photo de Marielsa Niels

Virginie Trachsler
Doctorante en littérature irlandaise à l’Université Sorbonne Nouvelle

Collections anglophones de la Sorbonne Nouvelle. 1.

Elizabeth Cady Stanton et Isabelle Bogelot

Parmi les ex-libris et les dédicaces qui figurent dans les collections anglophones de la Sorbonne Nouvelle, certains témoignent des relations étroites entre les mouvements féministes américains et français du XIXe siècle.

En effet, la bibliothèque a hérité de quelques livres ayant appartenu à Isabelle Bogelot, personnage incontournable du mouvement féministe français dans les années 1890.
En 1888, celle-ci participe activement au Conseil International des Femmes (CIF)  (International Council of Women) (ICW). à Washington organisé par La National Woman Suffrage Association (NWSA), dirigée par Susan B. Anthon et Elizabeth Cady Stanton, chefs de file du mouvement américain pour le droit des femmes aux Etats-Unis.
Plus tard, soutenue par  la présidente du Conseil International des Femmes May Wright Sewall, Isabelle Bogelot formera la section française de l’association internationale, le Conseil National des Femmes Françaises avec Sarah Monod comme présidente.


Preuve de son rapport privilégié avec les suffragettes américaines de l’époque, l’un des ouvrages porte une dédicace de l’auteure Elizabeth Cady Stanton :

Eighty years and more : reminiscences 1815-1897 / Elizabeth Cady Stanton, introd. by Ellen Carol Dubois, afterword by Allan D. Gordon, New York, European Publishing Company, 1898. 490 p.-[11 f. de pl.]:portraits, 21 cm.

Marine Bouchami

Bibliothécaire

Université Sorbonne Nouvelle

Bibliothèques numériques dans les îles britanniques. Première partie.

Documents relatifs à l’histoire de l’Écosse

Nous inaugurons une série de billets thématiques sur les collections numérisées et mises en ligne en accès libre par les bibliothèques du Royaume-Uni et d’Irlande.

Ce premier billet a pour thème les sources concernant l’histoire de l’Ecosse.

Les grandes bibliothèques écossaises, notamment la National library of Scotland à Edimbourg, portent une attention particulière à la numérisation de fonds documentaires relatifs à l’histoire régionale. On trouve ainsi en ligne des classiques de l’historiographie du 19e siècle comme le Biographical dictionnary of eminent Scotsmen de Robert Chambers, publié en 1875. Cette historiographie régionale ancienne s’appuie volontiers sur l’histoire des lignages aristocratiques et des clans. La NLS a ainsi numérisé l’édition publiée en 1900 des travaux de compilation manuscrits de l’antiquaire du 18e siècle Walter Macfarlane intitulée Genealogical collections concerning families in Scotland ainsi qu’un ensemble de 383 ouvrages des 19e et début du 20e siècles relatifs à ce type de sujet. On trouvera également en ligne de nombreuses publications des sociétés historiques et autres clubs, dont notamment les publications de la Scottish history society de sa création en 1886 à 2012. L’intérêt pour les monuments historiques et archéologiques se mêle au goût romantique comme dans l’ouvrage Scotia Depicta publié en 1804 et richement illustré. Outre des travaux d’érudition anciens, la NLS a également numérisé des sources historiques. On trouve ainsi un corpus de plus de 700 post office directories publiés entre 1773 et 1911 et de 20 Gazetteers (annuaires géographiques édités à l’intention des voyageurs)du 19e siècle. Les collections des bibliothèques permettent d’étudier des thématiques variées, comme le montre cette collection de 42 recueils de recettes de cuisines écossais, imprimés ou manuscrits, datés du 18e à la première moitié du 20e siècle. Dans le domaine de l’histoire de l’éducation, un corpus regroupe les circulaires détaillant, en général et dans chaque matière, les épreuves du Leaving certificate, équivalent écossais du baccalauréat entre 1888 et 1962. 

Vue d’Edimbourg tirée de l’ouvrage Scotia Depicta conservé à la National library of Scotland : https://digital.nls.uk/74465058

Les bibliothèques des universités écossaises (Saint-Andrews, Glasgow, Edimbourg, Aberdeen) mettent également en ligne des documents anciens concernant l’histoire de la région. L’Université Saint-Andrews a mis en ligne des manuscrits personnels : le journal d’un homme du 19e siècle relatant son voyage de noces à travers l’Ecosse, le commonplace book de l’avocat Alexander MacDuff , celui du professeur de philosophie du 18e siècle Francis Pringle ou encore celui richement illustré de Roberta McInstosh, ayant vécu à l’époque victorienne. La bibliothèque conserve également une compilation manuscrite de recettes de cuisine écrite vraisemblablement par une jeune femme entre 1846 et 1959. Le scrapbook est un autre type de document constitué manuellement comme les scrapbooks de la St Andrews antiquarian society tenus de 1884 à 1928 par son fondateur W T Linskill. A propos de sociétés savantes, l’Université Saint-Andrews a également numérisé les minutes manuscrites des séances de la St Andrews literary and philosophical society entre 1838 et 1861.

Portait de Robert Burns dans le Dictionary of eminent Scotsmen, National library of Scotland, https://digital.nls.uk/biographical-dictionary-of-eminent-scotsmen

Outre les livres et les manuscrits, les bibliothèques conservent d’autres types de documents comme les cartes et plans. La National library of Scotland a mis en ligne une importante collection de cartes de l’Ecosse datées du 16e au 20e siècle. On y trouve des cartes de l’Ecosse dans son intégralité mais également des cartes centrées sur certaines villes ou comtés. Des cartes militaires et géologiques sont présentes ainsi que les grandes séries officielles du 19e et de la première moitié du 20e siècle. Une application permet de localiser les cartes numérisées selon leur objet. Une vue est entièrement dédiée à la série des Roy military survey of Scotland, établie de 1747 à 1755.   Il est également possible d’afficher deux cartes à l’écran pour les comparer.

Les fonds iconographiques (dessins, gravures, photographies) sont une source importante pour l’histoire locale et régionale. L’Université d’Aberdeen a ainsi mis en ligne une collection de 6 000 photographies du port de la ville, prises par les ingénieurs des autorités portuaires. Les photographies anciennes sont une source intéressante pour étudier les environnements urbains. On trouve par exemple cette exposition virtuelle sur les photographies prises à Glasgow au 19e siècle par Thomas Annan ou cet ensemble de 139 photographies prises dans le sud d’Edimbourg, à la demande de la municipalité, avant la destruction d’immeubles insalubres en 1929. L’Université Saint-Andrews conserve les esquisses et aquarelles du professeur John Cook, qui enseigna l’hébreu et la théologie à l’université. Réalisées pour l’essentiel en 1797 elles dépeignent la ville de Saint-Andrews. Les érudits locaux sont aussi producteurs d’images, comme George Henry Hutton, antiquaire amateur, qui a constitué une collection de plus de 500 images d’églises écossaises à la fin du 18e et au début du 19e siècle, conservées à la NLS.

Enfin, la National Library of Scotland a également constitué une collection de films relatifs à l’Ecosse intitulée Moving image archive. On y trouve plus de 2800 vidéos, professionnelles ou amateures. Parmi les films plus anciens on trouve beaucoup d’actualités filmées comme ici un match de rugby à Jedburgh. La majeure partie du corpus date des années 60 à 80 mais tous les films ne sont pas consultables librement en raison du copyright.

Geoffrey Haraux

Bibliothécaire

Université de Lille

Research in the making

Les SCD des universités de Lille et Sorbonne-Nouvelle sont bibliothèques associées du GIS CollEx-Persée pour les études anglophones.

Nous avons le projet de monter un carnet hypothèses dans ce cadre, destiné à valoriser auprès de cette communauté de recherche des ressources documentaires issues des collections imprimées et numériques de ces établissements ou disponibles en accès libre sur le web.

Le carnet sera co-animé par des bibliothécaires des deux institutions. Etudiants et chercheurs auront également la possibilité de proposer des contenus. Le carnet aura une dimension pédagogique forte : il a vocation à aider les étudiants de master et en début de doctorat à découvrir ce champ disciplinaire et à s’orienter vers une thématique de recherche.

Quelques pages présenteront les collections mises à disposition des chercheurs et des étudiants par les bibliothèques, notamment l’offre de ressources électroniques.

Plusieurs séries de billets seront publiées :

  • Des billets écrits par des bibliothécaires, présentant des ressources documentaires, avec un accent mis sur les corpus numérisés, les bibliothèques numériques et les éditions de sources en ligne par des institutions culturelles et scientifiques de pays anglophones.
  • Des présentations d’ouvrages ou de références bibliographiques sur une thématique écrites par des étudiants.
  • Il sera proposé à des doctorants de présenter des références qui ont orienté leur travail de thèse.

A terme l’animation du carnet pourra être couplée à l’animation d’un « book club » avec des enseignants et des étudiants au sein des institutions participantes.

Le projet a déjà suscité l’intérêt d’enseignants des deux universités, notamment dans sa dimension pédagogique.

La thématique couverte est celle des littératures et civilisations du monde anglophone.

La présentation et l’accroche en anglais seront réalisées ultérieurement.