Les Prelinger Archives :

les reliquats d’un non-Hollywood

La collection Prelinger Archives est une collection de The Internet Archive, une bibliothèque en ligne et libre d’accès. Cette collection recense une quantité importante de courts métrages américains numérisés, recouvrant principalement la période du début du XXe siècle jusqu’aux années 1970.

Elle fut le fruit d’un immense travail de la part de Rick Prelinger, un archiviste, producteur, réalisateur, écrivain, et éducateur américain qui a d’abord commencé en 1986 à collectionner, indexer, et restaurer un grand nombre de ces films à des fins de conservation, avant d’en vendre une partie à la Bibliothèque du Congrès, à Washington D.C.

Parmi les plus de 18 000 films numérisés à ce jour sur le site, on trouve des films de l’époque avec des sujets très différents, allant de publicités publicités Kodak des années 1970 à l’explosion du dirigeable Hindenburg en 1937.

Une focalisation sur les films hors de l’écosystème hollywoodien : l’exemple des home movies

Au premier abord, on pourrait croire qu’il n’y a rien qui lie ces films entre eux, que ce n’est qu’une collection désordonnée de films aux sujets aussi aléatoires que leurs formats ou dates de production. Ils ont cependant ceci en commun qu’ils ne sont pas le produit de l’industrie hollywoodienne ou de la télévision, comme on pourrait le penser.

En effet, les films issus de cette collection n’étaient, pas pour la majorité, projetés dans des salles de cinéma, comme des films dits traditionnels. On distingue dans ce catalogue deux sous-catégories d’un intérêt particulier pour les étudiants : d’abord, sont mis en valeur les films amateurs, des films familiaux montrant des scènes du quotidien. On trouve dans cette sous-catégorie des mariages, des voyages de famille mais aussi des panoramas de paysages caractéristiques de villes américaines.
Le Times Square illuminé de New York, les Cable Cars de San Francisco ou encore des rochers du Grand Canyon sont parmi les lieux géographiques apparaissant dans ces films.

Paradoxalement, c’est de par cet amateurisme que ces films familiaux conduisent à des réflexions plus larges autour de questions d’historiographie (l’approche d’histoire « par le bas » est bien illustrée par des individus documentant eux-mêmes l’histoire, plutôt que des documentaires ou émissions provenant d’institutions et qui relateraient la vie d’hommes politiques ou des événements de grande portée). Ici, la dimension des événements est à l’échelle de l’individu, mais l’importance n’en est pas réduite. Il s’agit de mariages, de road trips, de matchs de football américain, de vacances à la plage, de réunions de famille… autant d’étapes dans une vie d’un américain justifiant un enregistrement visuel.

Comme le dit Rick Prelinger, « beaucoup de personnes pensent que les films familiaux ne sont que des Noëls et des anniversaires, des réunions de famille banales, mais ils sont bien plus que cela. Le genre du film familial est une expression personnelle, à la différence d’une expression d’entreprise. Aucun focus group, aucun groupe de discussion ne s’est réuni pour décider de ce qui figurerait dans un film amateur. »

L’existence de ces films amateurs témoignent d’une période très particulière : sur le plan technique, l’innovation de la caméra 8mm par Kodak en 1932 pendant la Grande Dépression a permis à des foyers plus modestes de posséder une caméra ; si l’enregistrement des films n’était pas aussi généralisé qu’après l’apparition du Super 8 en 1965, c’est avec l’apparition du format 8mm que l’on commence à voir des films amateurs de noirs américains et d’ouvriers, jusqu’alors moins présents dans ces films familiaux.

Le film pédagogique et l’entreprenariat américain

Le plus intéressant dans cette collection, cependant, reste probablement le nombre conséquent de films pédagogiques qui composent la deuxième grande sous-catégorie de la collection: ces films diffusés principalement dans les salles de classe, du collège au lycée, abordent à leur manière les sujets du moment, et plus spécialement des sujets se voulant prescriptifs, tels que les bonnes manières, les codes de conduite lors de rendez-vous galants (dating etiquette) ou des conseils sur l’attitude à adopter en classe.

Ces films proviennent d’entreprises privées telles que Coronet Films, Crawley Films, Encyclopedia Britannica, Centron Corporation, Jam Handy Organization, John Sutherland Productions, McGraw-Hill, Simmel-Meservey et bien d’autres. Les maisons de production spécialisées dans ce genre films étaient multiples et avaient toutes leurs styles qui les distinguaient les unes des autres.

Ces films pédagogiques à destination des salles de classes, contrairement aux films amateurs familiaux, sont structurés et offrent un aperçu de ce que pouvaient être les conseils prodigués aux enfants, de manière très concrète. Avec un support visuel, sont plus facilement appréciés les codes culturels et normatifs de l’époque : le comportement non-verbal, les gestes, la façon de s’habiller, les accents, tout cela participe à la création d’un élément qui sert à illustrer seulement la pédagogie de l’époque à travers des scénarios inventés pour mieux véhiculer un message prescriptif national à l’échelle d’une école.

Dans Shy Guy (Coronet Studios, 1947) est mise en scène une histoire dans laquelle un jeune homme (incarné par Dick York, à droite) doit écouter et appliquer des conseils offerts par son père, afin de bien s’intégrer dans sa classe avec ses pairs.
Dans What About Juvenile Delinquency (Centron Productions, 1955) un adolescent, membre d’une bande, se remet en question après que son père s’est fait agresser.

Cette collection libre d’accès et d’utilisation sera d’un intérêt tout particulier aux étudiants et chercheurs concernés par les Etats-Unis et l’évolution des mœurs des années 1920 à 1970. L’intérêt porte autant sur la forme que sur le fond. Le choix de ces films met en exergue tout particulièrement les sujets controversés habitant la zeitgeist culturelle de l’époque, comme par exemple les problèmes de délinquance juvénile ou de consommation de drogue, des thématiques très présentes dans les débats d’après-guerre émergents dans le cadre de la guerre froide et de lutte anti-communiste.

On trouve aussi dans cette collection des films pédagogiques plus traditionnels, c’est-à-dire des explications de sujets scientifiques ou historiques d’une manière qui se veut objective.

Fort de dizaines d’années de recherche, d’archivage, de numérisation et de catalogage de la part de Rick Prelinger et l’équipe de The Internet Archive, ces films sont généralement disponibles au téléchargement en plusieurs formats, sans perte de qualité, et libres de droit, ce qui encourage et facilite grandement la circulation, la reproduction, et l’utilisation de ces films dans les projets en tous genres.

Un autre élément essentiel qui amplifie la valeur de cette collection sont les ajouts autour des films, prenant la forme de commentaires de la part d’utilisateurs ou de descriptions. Par exemple, les films pédagogiques sont souvent suivis d’un encart descriptif sur leur page individuelle ; dedans, on peut y trouver soit un commentaire d’un archiviste ou chercheur avec des pistes d’analyse et des mises en contexte historiques, soit une transcription entière ou partielle du film.

Les commentaires des utilisateurs, à ne pas négliger, sont une partie intégrante de l’aspect collaboratif de cette archive : comme certains des films amateurs sont trouvés de façon très fortuite, dans des vide-greniers par exemple, peu d’information existe à leur sujet. Les utilisateurs, de tous horizons, mettent leurs connaissances à disposition de la compréhension de ces films en aidant à repérer les éléments techniques ou sonores qui donnent des indications quant à leur date de production. A travers des histoires personnelles et des anecdotes, les utilisateurs commentent aussi l’utilisation de ces films, racontant par exemple leur propre expérience de visionnage d’un film en classe dans leur enfance.

D’une manière plus large, cette collection intéressera surtout les anglicistes à la recherche d’un support visuel illustrant l’époque pendant laquelle le film a été tourné, les façons de s’habiller, de parler, les habitudes, etc. Ceci est d’autant plus intéressant que les études culturelles (en anglais, cultural studies) deviennent de plus en plus à la mode.

La collection Prelinger Archives est entièrement numérique, accessible via le site https://archive.org/details/prelinger

Favian Mostura
Doctorant en civilisation américaine
Université Sorbonne Nouvelle


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.