Glyn Maxwell

Parmi les poètes britanniques contemporains, Glyn Maxwell est une figure proéminente. En vue de la représentation d’une de ses pièces proposée en lecture publique par la Direction Culture, service culturel de l’université de Lille, la BUSHS a acquis la grande majorité des œuvres de cet auteur très prolifique (22 pour l’heure). Maxwell est un poète qui a été, du moins à ses débuts, associé par la critique à un autre poète que la bibliothèque a mis à l’honneur en 2020, à savoir, Simon Armitage. Ensemble, ils ont co-écrit Moon Country[1], récit de voyage en Islande sur les traces de W.H. Auden et Louis MacNeice, qui contient des passages en prose, des poèmes et une pièce en vers.

Glyn Maxwell. Photographie prise Sergey Klimkin, CC BY-SA 4.0 https://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0, via Wikimedia Commons

Réunir les œuvres de Maxwell est un véritable défi pour les bibliothécaires et les chercheurs. En effet, Maxwell n’a que faire des catégories génériques: entre poésie, théâtre, narration et essai, chaque ouvrage pourrait trouver sa place sur différentes étagères. Drinks With Dead Poets[2], par exemple, est un roman de campus, genre privilégié d’auteurs à succès comme David Lodge, mais aussi un essai qui propose une réflexion sur la représentation des poètes anglophones dans les programmes universitaires. The Sugar Mile[3] est un roman pré-apocalyptique en vers dans lequel trois personnages échangent dans un bar new-yorkais la veille du 11 septembre 2001. The Girl who was Going to Die[4]est un roman qui présente une satire sociale, cette fois-ci en reprenant les codes théâtraux puisque qu’il est entièrement dialogué et que les choix typographiques se lisent comme des didascalies qui viendraient remplacer la présence d’un narrateur extérieur.

Toutefois, le genre que le poète travaille le plus, c’est celui du théâtre en vers, forme marginale et expérimentale sur la scène et dans le monde de l’édition. Du moins aujourd’hui, car il fit bien sûr la postérité de Shakespeare. Les thèmes sont inspirés de la mythologie, de l’histoire, des informations, et c’est le monde dans lequel nous évoluons qui trouve une forme hybride dans son oeuvre. L’une de ces pièces, Best Man Speech, a fait l’objet d’une traduction collective dans un numéro de Coup de Théâtre, la revue de l’association RADAC (Recherches sur les Arts Dramatiques Anglophones Contemporains).

Cette collection sera mise à l’honneur lors d’une exposition en présence de l’auteur dans le Cette collection sera mise à l’honneur lors d’une exposition en présence de l’auteur dans le cadre d’une journée consacrée à la traduction d’une autre de ses pièces en vers, The Lifeblood, qui a fait l’objet d’une traduction collaborative menée depuis l’université de Grenoble.

Claire Hélie

Maître de conférences en anglais (CLIL)
Responsable des lecteurs d’anglais site Pont-de-Bois, RI Arts, Ens eignements des langues Arts
Univ. Lille, EA 4074 – CECILLE – Centre d’Études en Civilisations Langues et Lettres Etrangères, F-59000 Lille, France
Vice-Présidente du RADAC (radac.fr), Vice-Présidente de LOOP (https:loop.hypotheses.org/), Trésorière de la SAIT (http://sait-france.org/)
Twitter: @claire_helie

Françoise Tayara

Service commun de la documentation – BU Sciences Humaines et Sociales
Département Politique Documentaire
Acquéreur Langues et littératures anglo-américaines et CollEx îles Britanniques


[1] Moon Country. Faber & Faber, 1996
https://lillocat.univ-lille.fr/permalink/33UDLILLE_INST/1h0ri3k/alma991007532057305601

[2] Drinks with Dead Poets. Bloomsbury, 2017
https://lillocat.univ-lille.fr/permalink/33UDLILLE_INST/1h0ri3k/alma991007825458105601

[3] The Sugar Mile. Picador, 2005
https://lillocat.univ-lille.fr/permalink/33UDLILLE_INST/1h0ri3k/alma991007825458205601

[4]The Girl who was Going to Die. J. Cape, 2008
https://lillocat.univ-lille.fr/permalink/33UDLILLE_INST/1h0ri3k/alma991006869109705601

Simon Armitage

Dans le cadre d’un colloque organisé à l’Université de Lille les 12 et 13 mars 2020 sur le Poet Laureate britannique actuel, la BUSHS s’est dotée de la quasi totalité des ouvrages de Simon Armitage.

L’on pourra ainsi trouver quatre essais autobiographiques qui renouvellent le genre, soit parce qu’ils sont pris en charge par un “you” (tu/vous”) qui vient se substituer au “je” du narrateur comme dans All Points North (1999), soit parce qu’il défie les attentes des lecteurs. Ainsi, dans Gig (2008), il raconte comment son identité poétique a été en partie façonnnée par les concerts auxquels il s’est – ou non – rendu, mettant en avant son côté no sex, no drugs et parfois no rock’n roll, que l’on retrouve aujourd’hui dans les compositions pop nostalgiques de The Scaremongers et de LYR (Land Yacht Regatta[1]), ses deux formations musicales. Dans Moon Country (1996), récit d’un voyage en Islande sur les traces de Auden et MacNeice co-écrit avec Glyn Maxwell, il mêle poèmes, récits en prose, pièce en vers, lyrics, photographies, avec une ironie mordante à chaque page. Dans WalkingHome (2012) et Walking Away (2015), deux récits de randonnée dans les Pennines et sur la côté sud-est de l’Angleterre, il montre à chaque instant son échec à égaler les pionniers qui l’ont précédé et à vivre en troubadour aujourd’hui. A ceci s’ajoute deux romans: Little Green Man (2001), sur un jeu de défis entre des amis d’enfance qui tourne mal et The White Stuff (2004), sur un couple qui ne parvient pas à avoir d’enfant et dont la femme, adoptée, part en quête de sa propre identité. L’on prend dans ses récits toute la mesure de l’humour de Simon Armitage. Ces ouvrages en prose dessinent aussi un portrait à la fois tendre et peu flatteur des petites villes de province du Nord de l’Angleterre.

Armitage a aussi écrit de nombreuses pièces en vers, pour la scène (The Odyssey: Missing Presumed Dead, 2015), ou pour la radio (Homer’s Odyssey, 2007); pour les enfants (Hansel and Gretel, 2019), les adolescents (Eclipse, 2000) ou les adultes (The Last Days of Troy, 2014); librement inspirés de la mythologie grecque (Mister Heracles, 2000), ou non (Jerusalem, 2005). Notons que réunir ces scripts qui ne sont pas réédités est important car ils n’ont, pour la grande majorité, pas fait l’objet de captations. D’autres productions audiovisuelles d’Armitage[2], épuisées, ou n’ayant pas fait l’objet d’un archivage numérique, peuvent encore être trouvées sur internet, notamment ses documentaires poétiques (Xanadu, 1992), ses docu-drama (Feltham Sings, 2002), ses films-poèmes (Out of the Blue, 2005).

La partie la plus importante de la collection contient ses recueils de poésie, depuis Zoom! (1989) jusqu’à Sandetti Light Vessel Automatic (2019). Son tout premier pamphlet, Human Geography, paru chez Smith/Doorstop en 1988, était déjà épuisé au moment où la collection a commencé à être réunie.

A l’inverse, la BUSHS a pu se doter d’un autre pamphlet, The Motorway Service Station as a Destination in its Own Right (2012). Ces recueils minces publiés par de petites maisons d’édition sont importants pour les chercheurs car ils marquent des points d’étape grâce auxquels se dessinent l’évolution d’une poétique.

De même, la collection comprend ses différentes sélections de poèmes, qui permettent de mieux apprécier ce que le poète veut mettre en avant de son travail au fil de sa carrière. Ainsi, Magnetic Field: The Marsden poems (2020) propose une sélection de 50 de ses poèmes traitant spécifiquement de son village d’origine et classés par ordre chronologique.

Armitage est aussi un passeur de poésie. Son travail en tant qu’éditeur des poèmes des autres est aussi présent dans The Penguin Book of Poetry from Britain and Ireland since 1945 (1998). Son travail de traducteur prend aussi une place importante dans sa production actuelle, à commencer par son très remarqué Sir Gawain and the Green Knight (2009) qui a fait entendre toutes les sonorités nordiques et modernes de ce roman de chevalerie.

Ainsi s’ajoutent aussi à la collection des recueils auxquels Armitage a participé en tant que contributeur, comme Metamorphosis: Poems Inspired by Titians (2012), en collaboration avec la National Gallery, A Country to Call Home: An Anthology on the Experience of Young Refugees and Asylum Seekers (2018) ou encore Traces de la Grande Guerre (2019) avec des poèmes traduits dans un ouvrage au format BD. On citera ici aussi les catalogues d’exposition auxquels il a contribué poèmes ou préfaces, comme Henry Moore: Back to a Land (2015) avec le Yorkshire Sculpture Park ou encore Landmarks: A Survey (2001), un ouvrage retraçant le travail de la photographe Fay Godwin, qui a beaucoup travaillé avec Ted Hughes, une des grandes influences d’Armitage. Si la contribution d’Armitage a ces ouvrages peut paraître anecdotique, elle n’en demeure pas moins une façon de mesurer à la fois l’importance culturelle du poète, de sa poésie et de la poésie en général sur la scène artistique, mais aussi politique, lui qui sait saisir la zeitgeist dans toutes les expériences humaines.

L’un des genres qu’a d’ailleurs développé Armitage ces dernières années est celui du recueil illustré et des publications en collaboration avec les artistes qui font de ces ouvrages de véritables oeuvres d’art.

Still: A Poetic Response to Photographs of the Somme Battelfield (2016) intéressera en particulier les habitants des Hauts de France puisque le poète y propose de courts poèmes inspirés de Virgile et de photos aériennes du paysage affecté par la Première Guerre Mondiale.

Bien que différent, mais tout comme Flit (2018, photographies travaillées d’Armitage) et Hansel et Gretel: A Nightmare in Eight Scenes (2019, avec des illustrations de Clive HicksJenkins qui rappellent l’univers d’un Tim Burton, tout comme le spectacle de marionnettes mis en scène par Caroline Clegg), le format n’est ni celui d’un recueil de poésie, ni celui d’un livre d’art. Le format à lui seul de ces ouvrages montre qu’ils ne sont pas facilement classables dans les rayons et que l’expérience proposée n’est pas celle d’une simple lecture, mais d’une expérience multisensorielle. A cet égard, l’édition de New Cemetery par Propolis (2017) avec ses formes abstraites sur papier noir extrait est un bel exemple d’objet poétique. Car si Armitage est un poète publié par les plus grandes maisons d’édition (Faber et Penguin), il n’hésite pas à travailler avec les petites maisons d’édition indépendantes afin de proposer une expérience totale à son lectorat. Sa collaboration avec Andrew Moorhouse de Fine Press Poetry a donné lieu à plusieurs publications et les personnes intéressées pourront tourner les pages de Waymarkings (2017) avec des gravures sur bois de Hillary Painter et admirer Considering the Poppy (2014), un broadsheet avec une gravure sur bois de Chris Daunt.

Un dernier ouvrage mérite une attention particulière en ce qu’il montre comme le poète essaie de faire vivre la poésie partout.

Il s’agit de Stanza Stones (2013), sorte de journal de bord documenté et agrémenté de photographies de son travail sur le Stanza Stones Trail, un chemin de randonnée joignant Marsden à Ikley sur lequel le marcheur trouvera six pierres sur lesquelles l’artiste Pip Hall a gravé des poèmes d’Armitage en lien avec les différents états de l’eau. Le livre se présente comme la version matérielle, accessible à tous, documentée de l’expérience de randonnée.

A noter que les photos des pierres font aussi l’objet d’une publication chez Fine Press Poetry sous le nom de In Memory of Water (2013). Tout comme l’élément aquatique qui fait l’objet de l’écriture, les poèmes d’Armitage sont fluides, se transformant quand on les change de contexte.

Cette collection est encore appellée à s’agrandir car Armitage est un auteur très prolifique. Les chercheurs pourront trouver de nombreux articles et chapitres d’ouvrages traitant de points spécifiques de sa poésie dans les ressources en ligne. Les personnes souhaitant acquérir des connaissances plus intimes des poèmes pourront se tourner vers les ouvrages critiques de Ian Gregson et de Tony Childs, qui s’adressent en premier lieu aux élèves passant leur GCSE (l’équivalent du baccaluréat). En effet, c’est un auteur qui contribue grandement à porter la poésie auprès des jeunes. Samuel Florin, masterant à MeLexTra a d’ailleurs rédigé un mémoire sur la traduction de ses poèmes sous la direction de Corinne Oster qui est consultable sur place. Dans le cadre de la conférence qui a été organisée sur son travail, les étudiants du Master Arts Plastiques ont d’ailleurs proposé une exposition autour de l’ekphrasis, en proposant soit des poèmes en anglais des ouvrages ou des illustrations de ses recueils, soit des versions artistiques de ses poèmes. Un catalogue d’exposition en anglais a été créé pour l’occasion. Des étudiants de licence ont quant à eux suivi un cours de creative writing et édité leur propre livre fait de leurs réponses aux poèmes d’Armitage. Le travail d’Armitage épouse en effet parfaitement les missions que se donne la BUSHS : archiver des documents rares que les jeunes générations peuvent se réapproprier pour réinventer le monde.

Claire HELIE

Maître de conférences en anglais (CLIL)
Responsable des lecteurs d’anglais site Pont-de-Bois, RI Arts, Enseignements des langues Arts
Univ. Lille, EA 4074 – CECILLE – Centre d’Études en Civilisations Langues et Lettres Etrangères, F-59000 Lille, France
Vice-Présidente du RADAC (radac.fr), Vice-Présidente de LOOP (https:loop.hypotheses.org/), Trésorière de la SAIT (http://sait-france.org/)

Twitter: @claire_helie


[1]https://www.simonarmitage.com/film-tv-radio/

[2]https://www.lyrband.com/

La Poésie anglaise contemporaine dans les collections du SCD de l’Université de Lille

La Bibliothèque Universitaire de Sciences Humaines de Lille comporte un fonds important d’ouvrages permettant de mieux appréhender la diversité de la poésie anglaise depuis les années 1950. Un premier recensement d’ouvrages de poésie et sur la poésie a été effectué par Françoise Tayara[1] dans le cadre du colloque consacré à Simon Armitage les 12 et 13 mars 2020[2]. Visant à donner une idée de la tradition poétique dans laquelle le Poet Laureate s’inscrivait, il a aussi montré la richesse en devenir constant de ce fonds.

Ce fonds est constitué d’anthologies qui ont fait date, comme l’anthologie bilingue de la poésie anglaise parue dans la collection Pléïade sous la direction de Paul Bensimon et al., ou encore des anthologies de poètes, comme celles de Philip Larkin ou plus récemment de Simon Armitage et Robert Crawford. De quoi se faire une idée de la grande tradition de la poésie anglaise et donner envie d’explorer plus avant le catalogue.   

Ainsi, certains poètes que l’on pourrait qualifier de canoniques, parce qu’ils ont travaillé des problématiques d’écriture à la fois atemporelles et ancrées dans leur époque, parce qu’ils ont reçu de nombreuses distinctions, ou encore parce qu’ils sont régulièrement mis au programme des concours ou de la licence, sont très présents dans les rayons. On pensera par exemple au poète Ted Hughes[3], dont la quasi totalité des oeuvres majeures a été acquise (recueils de poésie, poèmes choisis, recueils illustrés, recueils pour enfants, édition de l’oeuvre d’autres poètes, textes critiques…). Celui qui fut Poet Laureate fait aussi l’objet de nombreux ouvrages critiques parus jusque dans les années 2010, avec un focus sur les travaux portant non pas sur sa relation avec Sylvia Plath, mais sur la dimension écologique de son travail. Ce biais reflète les intérêts scientifiques de l’Université de Lille qui s’est donné comme grand thème de recherches la planète en mutation. Fun fact: la bibliothèque contient également deux recueils de ses poèmes traduits en français, ainsi qu’un choix de poèmes traduits en… norvégien!

A cet égard, on notera une attention particulière portée aux traductions en français de poèmes anglais. Au-delà de quelques anthologies, on trouvera aussi de nombreuses éditions bilingues ou recueils en français parmi lesquels figurent pêle mêle Kathleen Raine, David Gascoyne, Philip Larkin, Geoffrey Hill ou encore Tony Harrison.   

Un nombre conséquent d’ouvrages critiques accompagne ces sources primaires. On trouve ainsi dans le catalogue différentes versions des célèbres “Oxford Companions to…” et “Cambridge Companions to…” ou encore des “Cambridge Introduction to…”, mais aussi des ouvrages critiques qui remettent en question la vision d’une poésie anglaise qui serait une et unique, mainstream, soit pour mettre en avant une tradition plus expérimentale souvent occultée (on pensera à Complicities: British Poetry 1947-2007 de Robin Purves et Sam Ladkin), soit pour remettre en question cette opposition poésie mainstream / poésie expérimentale qui traverse la poésie (c’est ce que propose de faire Antony Rowland dans Metamodernism and Contemporary British Poetry paru en 2021).

Dans la mesure où les catalogues sont désormais reliés aux ressources électroniques souscrites par les bibliothèques universitaires, une vaste collection de poèmes parus dans des magazines et d’articles portant sur la poésie anglaise contemporaine est disponible à chaque recherche, sans avoir à passer par les différentes plateformes de recherches. Et c’est en surfant dans ce catalogue numérique qu’on peut prendre pleinement conscience de la richesse de la production poétique anglaise non seulement contemporaine, mais ultra-contemporaine.  En effet, la constitution de ce fonds accompagne un mouvement que l’on peut observer en librairie: la production poétique ultra-contemporaine est aujourd’hui moins confidentielle et s’adresse à un public plus jeune et moins élitiste, notamment grâce à l’émergence de nouvelles voix qui ont court-circuité les réseaux des maisons d’édition traditionnelles en prenant possession des nouveaux moyens de communication et d’expression que constituent les réseaux sociaux. La Bibliothèque Universitaire de Lille s’en fait largement l’écho, avec des ouvrages traduits de Kae Tempest, papesse du spoken word outre-Manche qui explose les codes génériques en proposant des textes qui oscillent entre dialogues théâtralisés, slams, lyrics et narration. Et puisque la poésie, plus que jamais, sort de la page pour se rendre sur scène et sur internet, la collection de CD audios et l’inclusion de liens vers les captations de la WebTv de Lille[3] devraient permettre de rendre compte de la présence physique des poètes anglais contemporains sur le site de l’université.

Claire HELIE

Maître de conférences en anglais (CLIL)
Responsable des lecteurs d’anglais site Pont-de-Bois, RI Arts, Enseignements des langues Arts
Univ. Lille, EA 4074 – CECILLE – Centre d’Études en Civilisations Langues et Lettres Etrangères, F-59000 Lille, France
Vice-Présidente du RADAC (radac.fr), Vice-Présidente de LOOP (https:loop.hypotheses.org/), Trésorière de la SAIT (http://sait-france.org/)

Twitter: @claire_helie


10 poètes britanniques  contemporains à (re)découvrir dans les collections de l’Université de Lille :

Simon ARMITAGE (1963-….)

The Motorway Service Station as a destination in its own right. Smith/Doorstop Books, 2011

https://lillocat.univ-lille.fr/permalink/33UDLILLE_INST/1h0ri3k/alma991007514357405601

Ciaran CARSON (1948-2019)

First Language. Loughcrew : Gallery Press, 1993

https://lillocat.univ-lille.fr/permalink/33UDLILLE_INST/1h0ri3k/alma991006467029705601

Robert CRAWFORD (1959-….)

Five Poems. Thame : Clutag Press, 2016

https://lillocat.univ-lille.fr/permalink/33UDLILLE_INST/1h0ri3k/alma991007220729705601

Carol Ann DUFFY (1955-….)

Rapture. London : Picador, 2005

https://lillocat.univ-lille.fr/permalink/33UDLILLE_INST/1h0ri3k/alma991001548709705601

Steve ELY (1965-….)

Englaland. Grewelthorpe : Smokestack Books, 2015

https://lillocat.univ-lille.fr/permalink/33UDLILLE_INST/1h0ri3k/alma991007663744705601

Geoffrey HILL (1932-2016)

Speech ! Speech ! London : Penguin, 2001

https://lillocat.univ-lille.fr/permalink/33UDLILLE_INST/1h0ri3k/alma991001434849705601

Glyn MAXWELL (1962-….)

The Boys at Twilight : poems, 1990-1995. Houghton Mifflin, 2000

https://lillocat.univ-lille.fr/permalink/33UDLILLE_INST/1h0ri3k/alma991007825458505601

Paul MULDOON (1951-….)

Lamentations. Oldcastle : The Gallery Press, 2017

https://lillocat.univ-lille.fr/permalink/33UDLILLE_INST/1h0ri3k/alma991003550399705601

Alice OSWALD (1966-….)

Nobody. J. Cape, 2019

https://lillocat.univ-lille.fr/permalink/33UDLILLE_INST/1h0ri3k/alma991007684459205601

Don PATERSON (1963-….)

Zonal. London : Faber & Faber, 2020

https://lillocat.univ-lille.fr/permalink/33UDLILLE_INST/1h0ri3k/alma991007709259405601


[1]Responsable des acquisitions en langues et littératures anglo-américaines au SCD de l’Université de Lille

[2]https://conferencearmitage.wixsite.com/france

[3] https://webtv.univ-lille.fr/video/9446/rencontre-avec-louis-paor , https://webtv.univ-lille.fr/video/3410/hommage-au-poete-wilfred-owen , https://webtv.univ-lille.fr/video/10839/lecture-de-steve-ely-poete-dans-le-cadre-du-colloque-8221simon-armitage-probation-officer-to-poet-laureate8221

Les Prelinger Archives :

les reliquats d’un non-Hollywood

La collection Prelinger Archives est une collection de The Internet Archive, une bibliothèque en ligne et libre d’accès. Cette collection recense une quantité importante de courts métrages américains numérisés, recouvrant principalement la période du début du XXe siècle jusqu’aux années 1970.

Elle fut le fruit d’un immense travail de la part de Rick Prelinger, un archiviste, producteur, réalisateur, écrivain, et éducateur américain qui a d’abord commencé en 1986 à collectionner, indexer, et restaurer un grand nombre de ces films à des fins de conservation, avant d’en vendre une partie à la Bibliothèque du Congrès, à Washington D.C.

Parmi les plus de 18 000 films numérisés à ce jour sur le site, on trouve des films de l’époque avec des sujets très différents, allant de publicités publicités Kodak des années 1970 à l’explosion du dirigeable Hindenburg en 1937.

Une focalisation sur les films hors de l’écosystème hollywoodien : l’exemple des home movies

Au premier abord, on pourrait croire qu’il n’y a rien qui lie ces films entre eux, que ce n’est qu’une collection désordonnée de films aux sujets aussi aléatoires que leurs formats ou dates de production. Ils ont cependant ceci en commun qu’ils ne sont pas le produit de l’industrie hollywoodienne ou de la télévision, comme on pourrait le penser.

En effet, les films issus de cette collection n’étaient, pas pour la majorité, projetés dans des salles de cinéma, comme des films dits traditionnels. On distingue dans ce catalogue deux sous-catégories d’un intérêt particulier pour les étudiants : d’abord, sont mis en valeur les films amateurs, des films familiaux montrant des scènes du quotidien. On trouve dans cette sous-catégorie des mariages, des voyages de famille mais aussi des panoramas de paysages caractéristiques de villes américaines.
Le Times Square illuminé de New York, les Cable Cars de San Francisco ou encore des rochers du Grand Canyon sont parmi les lieux géographiques apparaissant dans ces films.

Paradoxalement, c’est de par cet amateurisme que ces films familiaux conduisent à des réflexions plus larges autour de questions d’historiographie (l’approche d’histoire « par le bas » est bien illustrée par des individus documentant eux-mêmes l’histoire, plutôt que des documentaires ou émissions provenant d’institutions et qui relateraient la vie d’hommes politiques ou des événements de grande portée). Ici, la dimension des événements est à l’échelle de l’individu, mais l’importance n’en est pas réduite. Il s’agit de mariages, de road trips, de matchs de football américain, de vacances à la plage, de réunions de famille… autant d’étapes dans une vie d’un américain justifiant un enregistrement visuel.

Comme le dit Rick Prelinger, « beaucoup de personnes pensent que les films familiaux ne sont que des Noëls et des anniversaires, des réunions de famille banales, mais ils sont bien plus que cela. Le genre du film familial est une expression personnelle, à la différence d’une expression d’entreprise. Aucun focus group, aucun groupe de discussion ne s’est réuni pour décider de ce qui figurerait dans un film amateur. »

L’existence de ces films amateurs témoignent d’une période très particulière : sur le plan technique, l’innovation de la caméra 8mm par Kodak en 1932 pendant la Grande Dépression a permis à des foyers plus modestes de posséder une caméra ; si l’enregistrement des films n’était pas aussi généralisé qu’après l’apparition du Super 8 en 1965, c’est avec l’apparition du format 8mm que l’on commence à voir des films amateurs de noirs américains et d’ouvriers, jusqu’alors moins présents dans ces films familiaux.

Le film pédagogique et l’entreprenariat américain

Le plus intéressant dans cette collection, cependant, reste probablement le nombre conséquent de films pédagogiques qui composent la deuxième grande sous-catégorie de la collection: ces films diffusés principalement dans les salles de classe, du collège au lycée, abordent à leur manière les sujets du moment, et plus spécialement des sujets se voulant prescriptifs, tels que les bonnes manières, les codes de conduite lors de rendez-vous galants (dating etiquette) ou des conseils sur l’attitude à adopter en classe.

Ces films proviennent d’entreprises privées telles que Coronet Films, Crawley Films, Encyclopedia Britannica, Centron Corporation, Jam Handy Organization, John Sutherland Productions, McGraw-Hill, Simmel-Meservey et bien d’autres. Les maisons de production spécialisées dans ce genre films étaient multiples et avaient toutes leurs styles qui les distinguaient les unes des autres.

Ces films pédagogiques à destination des salles de classes, contrairement aux films amateurs familiaux, sont structurés et offrent un aperçu de ce que pouvaient être les conseils prodigués aux enfants, de manière très concrète. Avec un support visuel, sont plus facilement appréciés les codes culturels et normatifs de l’époque : le comportement non-verbal, les gestes, la façon de s’habiller, les accents, tout cela participe à la création d’un élément qui sert à illustrer seulement la pédagogie de l’époque à travers des scénarios inventés pour mieux véhiculer un message prescriptif national à l’échelle d’une école.

Dans Shy Guy (Coronet Studios, 1947) est mise en scène une histoire dans laquelle un jeune homme (incarné par Dick York, à droite) doit écouter et appliquer des conseils offerts par son père, afin de bien s’intégrer dans sa classe avec ses pairs.
Dans What About Juvenile Delinquency (Centron Productions, 1955) un adolescent, membre d’une bande, se remet en question après que son père s’est fait agresser.

Cette collection libre d’accès et d’utilisation sera d’un intérêt tout particulier aux étudiants et chercheurs concernés par les Etats-Unis et l’évolution des mœurs des années 1920 à 1970. L’intérêt porte autant sur la forme que sur le fond. Le choix de ces films met en exergue tout particulièrement les sujets controversés habitant la zeitgeist culturelle de l’époque, comme par exemple les problèmes de délinquance juvénile ou de consommation de drogue, des thématiques très présentes dans les débats d’après-guerre émergents dans le cadre de la guerre froide et de lutte anti-communiste.

On trouve aussi dans cette collection des films pédagogiques plus traditionnels, c’est-à-dire des explications de sujets scientifiques ou historiques d’une manière qui se veut objective.

Fort de dizaines d’années de recherche, d’archivage, de numérisation et de catalogage de la part de Rick Prelinger et l’équipe de The Internet Archive, ces films sont généralement disponibles au téléchargement en plusieurs formats, sans perte de qualité, et libres de droit, ce qui encourage et facilite grandement la circulation, la reproduction, et l’utilisation de ces films dans les projets en tous genres.

Un autre élément essentiel qui amplifie la valeur de cette collection sont les ajouts autour des films, prenant la forme de commentaires de la part d’utilisateurs ou de descriptions. Par exemple, les films pédagogiques sont souvent suivis d’un encart descriptif sur leur page individuelle ; dedans, on peut y trouver soit un commentaire d’un archiviste ou chercheur avec des pistes d’analyse et des mises en contexte historiques, soit une transcription entière ou partielle du film.

Les commentaires des utilisateurs, à ne pas négliger, sont une partie intégrante de l’aspect collaboratif de cette archive : comme certains des films amateurs sont trouvés de façon très fortuite, dans des vide-greniers par exemple, peu d’information existe à leur sujet. Les utilisateurs, de tous horizons, mettent leurs connaissances à disposition de la compréhension de ces films en aidant à repérer les éléments techniques ou sonores qui donnent des indications quant à leur date de production. A travers des histoires personnelles et des anecdotes, les utilisateurs commentent aussi l’utilisation de ces films, racontant par exemple leur propre expérience de visionnage d’un film en classe dans leur enfance.

D’une manière plus large, cette collection intéressera surtout les anglicistes à la recherche d’un support visuel illustrant l’époque pendant laquelle le film a été tourné, les façons de s’habiller, de parler, les habitudes, etc. Ceci est d’autant plus intéressant que les études culturelles (en anglais, cultural studies) deviennent de plus en plus à la mode.

La collection Prelinger Archives est entièrement numérique, accessible via le site https://archive.org/details/prelinger

Favian Mostura
Doctorant en civilisation américaine
Université Sorbonne Nouvelle

Nouvelles ressources électroniques à la Sorbonne Nouvelle

La bibliothèque de la Sorbonne Nouvelle s’est enrichie en 2021 de plusieurs archives de journaux et de magazines américains ainsi qu’une d’une collection de documents numérisés relatifs au conflit en Irlande du Nord. Ces matériaux, édités aux XIXe et XXe siècles, couvrent des domaines de recherche interdisciplinaires tels que l’histoire, les études socio-culturelles, la politique, etc.

1/ Archives de journaux et de magazines :

  • African American Newspapers Series 1 (1827-1998), Readex
  • African American Newspapers Series 2 (1835-1956), Readex
    Ces deux ressources offrent un accès en ligne à plus de 350 journaux américains relatant un siècle et demi de l’expérience afro-américaine.
    Cette collection unique comprend des documents d’importance historique provenant de plus de 35 États, présente de nombreux titres rares du XIXe siècle.
  • African American Periodicals (1825-1995), Readex
    Cette base propose plus de 170 périodiques d’Afro-Américains. Editées dans 26 États, les publications comprennent des revues universitaires et politiques, des revues commerciales, des bulletins institutionnels, des bulletins d’organisations, des rapports annuels et d’autres genres.
    Ces divers périodiques permettent de nouvelles découvertes sur la vie des Afro- Américains en tant qu’individus, en tant que groupe ethnique et en tant qu’Américains.
  • Ethnic American Newspapers (1799-1971) from the Balch Collection, Readex
    Ces archives nous informent sur les groupes ethniques les plus influents de l’histoire des États-Unis.
    Elles permettent l’étude d’aspects souvent moins connus de l’histoire, de la politique et de la culture des États-Unis. Elles explorent les contributions des immigrants aux affaires, à la musique, à la science, aux guerres et plus encore.
    Langues des journaux : Anglais, Français, Allemand, Japonais, Yiddish.
  • Historical Newspapers : The Chicago Defender 1909-1975, Proquest
    Cette base d’archives complète comprend les articles publiés dans le Chicago Defender de 1909 à 1975. Sont incluses les illustrations et les publicités.
    7 publications constituent ces archives
    Chicago Daily Defender (Big Weekend Edition) (1966-1973)
    Chicago Daily Defender (Daily Edition) (1960-1973)
    The Chicago Defender (Big Weekend Edition) (1905-1966)
    Chicago Defender (Big Weekend Edition) (1973-1975)
    Chicago Defender (Daily Edition) (1973-1975)
    The Chicago Defender (National edition) (1921-1967)
    Daily Defender (Daily Edition) (1956-1960)
  • Women’s Magazine Archive, Alexander Street Press-Proquest
    Archives de magazines grand public destinés à un lectorat féminin, reconnus comme des sources primaires essentielles reflétant les tendances socio-culturelles des XIXe et XXe siècles.
    Les sujets abordés dans ces collections comprennent la vie de famille, l’éducation, l’économie domestique, la santé, les carrières, la mode, la culture et bien d’autres. Ce matériel sert de multiples domaines de recherche, les études de genre, l’histoire sociale, les arts, l’éducation, la politique et l’histoire des médias/marketing.
    Ces archives comprennent les titres suivants (collections 1 et 2) :
    Better Homes & Gardens (1922 to 2005)
    Chatelaine (1928 to 2005)
    Good Housekeeping (1885 to 2005)
    Ladies’ Home Journal (1883 to 2005)
    Parents (1926 to 2005)
    Redbook (1903 to 2005)
    Cosmopolitan (1886 to 2005)
    Essence (1970 to 2005)
    Seventeen (1944 to 2005)
    Town and Country (1846 to 2005)
    Woman’s Day (1937 to 2005)
    Women’s International Network News (1975 to 2003)

2/ Autre collection d’archives numérisées :

Divided Society : Northern Ireland 1990-1998, Linen Hall Library, Belfast
Depuis la fin des années 1960, la Linen Hall Library de Belfast rassemble des documents relatifs au conflit en Irlande du Nord et au processus de paix qui a suivi.
La collection comprend désormais plus de 350 000 articles, notamment des livres, des brochures, des dépliants, des affiches, des manifestes, des communiqués de presse, des journaux, des objets et plusieurs milliers de périodiques. Il s’agit d’une collection tout à fait unique qui n’a pas d’équivalent dans le monde.
La ressource propose aussi des boîtes à outils pédagogiques.

Concernant les modalités d’accès à ces ressources, veuillez contacter Marine Bouchami (at sorbonne-nouvelle.fr) ou Carolina Torrejon (at sorbonne-nouvelle.fr).

Marine Bouchami
Bibliothécaire
Université Sorbonne Nouvelle

Le Fonds Adolphe Haberer au Centre Culturel Irlandais :

déambulations dans l’histoire de la poésie irlandaise contemporaine

En 2016, Adolphe Haberer, professeur émérite à l’Université Lyon 2 – Lumière, a légué sa bibliothèque de poésie irlandaise au Centre Culturel Irlandais, situé au cœur du cinquième arrondissement de Paris. Le fonds compte plus de 300 livres, essentiellement des recueils de poésie et des ouvrages critiques, dont de nombreuses premières ou rares éditions.

On y trouve par exemple une édition de 1929 de Blind Fireworks de Louis MacNeice, sur qui Adolphe Haberer a écrit sa thèse de doctorat, la première consacrée au poète (elle fait d’ailleurs aussi partie du fonds), un rare exemplaire des Selected Poems de l’écrivain et critique Seamus Deane, des livres dédicacés par leurs auteurs, mais aussi des premières éditions de livres d’Eavan Boland, Medbh McGuckian et autres poètes, ou encore Death of a Naturalist de Seamus Heaney arborant la désormais célèbre couverture bicolore de la première édition.

Sélection d’ouvrages de Louis MacNeice, Fonds Adolphe Haberer, Paris, Centre Culturel Irlandais.
Photo du CCI

Mais au-delà de la richesse des titres que comprend cette collection, c’est en ouvrant ses livres que l’on prend la mesure de son caractère unique et de son grand intérêt pour les chercheuses et chercheurs ainsi que les amatrices et amateurs de poésie irlandaise. Nombreux sont les ouvrages qui renferment des surprises : livre après livre, on découvre les coupures de journaux qu’Adolphe Haberer y a glissé au fil des années. Certaines sont des recensions du livre qu’elles accompagnent et permettent d’ancrer l’ouvrage dans son contexte de publication. D’autres font un écho thématique ou chronologique au contenu du recueil. Dans l’un des deux exemplaires de North de Seamus Heaney, on trouve ainsi un court article intitulé ‘History’s bones of contention’ (The Observer, 16/04/1995) qui traite des controverses autour des restes humains qui, arrachés à leur lieu ou pays d’origine, se trouvent dans des musées. Illustré par une photo du Lindow Man, célèbre bog body du British Museum, l’article tire le fil des bog poems, les poèmes de North inspirés par les corps de l’âge du fer retrouvés dans les tourbières et écrits deux décennies auparavant. Dans l’exemplaire de The Redress of Poetry, où sont collectées les conférences données par Heaney entre 1989 et 1994 alors qu’il était Professor of Poetry à l’Université d’Oxford, la lectrice découvre un article publié deux jours après la signature de l’Accord du Vendredi Saint de 1998. Il constitue l’un des rares commentaires du poète sur la situation nord-irlandaise après les années 1970 (The Observer, 12/04/1998).

A ces coupures que l’on découvre au hasard de nos recherches s’ajoutent trois collections d’articles de journaux et de magazines, concernant trois auteurs, Seamus Heaney, Paul Muldoon et Tom Paulin. Ces collections, fruit d’une accumulation personnelle sur plusieurs décennies, permettent d’entrouvrir une porte sur la réception de ces poètes, mais aussi de (re)découvrir leurs productions en prose, qui n’ont pas toutes fait l’objet d’une édition.

Dans la collection d’articles liés à Paul Muldoon, les plus frappants sont sans doute ses rares articles ayant trait au cinéma, et notamment sa critique du dessin animé de Disney Pocahontas, dans le Times Literary Supplement (13/10/1995), intitulée ‘Barbie but no bimbo’. Dans le fonds, on trouve aussi un exemplaire de Madoc: A Mystery (1990) dans lequel est glissée, entre deux recensions de la poésie de Muldoon, une autre critique cinématographique du poète, ‘Big Hair’, cette fois du film The Last of the Mohicans réalisé par Michael Mann (TLS, 6/11/1992). Dans un langage qui lui est caractéristique, le poète évoque ‘a list of stuntsmen as long as the Hudson’, mais commente aussi plus sérieusement le traitement des Amérindiens et l’érotisation de l’héroïne éponyme dans le dessin animé de Disney. Un rapprochement s’impose entre ces critiques et l’arc thématique de son recueil Madoc, qui doit son nom au prince gallois qui aurait découvert l’Amérique avant Christophe Colomb et engendré une tribu légendaire d’Indiens parlant le gallois.

La collection d’articles sur Tom Paulin contient de nombreuses recensions écrites par le poète. L’une d’entre elles, d’une anthologie des lettres d’Elizabeth Bishop (‘Newness and Nowness’, One Art: The Selected Letters, TLS, 29/04/1994), entre en dialogue avec plusieurs autres critiques du même ouvrage, ainsi que des courriers des lecteurs, ce qui permet de mettre en lumière de façon frappante les préoccupations de l’auteur irlandais : alors que d’autres la jugent égocentrique et s’étonnent qu’elle commente si peu l’actualité mondiale dans ses lettres, Tom Paulin, lui, est ravi de déceler chez la poète américaine un certain radicalisme, ce qui la rapproche de ses propres préoccupations politiques. Est également très bien documentée la controverse autour de l’anthologie The Faber Book of Political Verse (1986) que Tom Paulin devait co-éditer, mais dont il assumera finalement seul la sélection. Des réponses de lecteurs et des recensions permettent de porter un regard privilégié sur ce moment de l’histoire littéraire du monde anglophone.

Quant à Seamus Heaney, nombreuses sont les recensions accumulées au moment de la publication de certains de ses recueils, comme Seeing Things ou Electric Light. Certaines sont même accompagnées d’étonnantes caricatures du poète. L’un des temps forts de la carrière de Heaney, son Prix Nobel en 1995, est évidemment documenté, et notamment à travers les articles de la presse française. L’annonce du Nobel dans Le Monde (7/10/1995), une page complète dans le JDD (21/07/1996), avec illustration, et un entretien dans La Croix (31/03/1996) fournissent un bon aperçu de la façon dont son œuvre a été présentée, presque « traduite », à l’attention du public français, pour qui son nom devait être à l’époque plutôt inconnu.

Sélection d’ouvrages de Seamus Heaney, Fonds Adolphe Haberer, Paris, Centre Culturel Irlandais.
Photo du CCI

Cette collection personnelle réserve bien d’agréables surprises aux lecteurs et lectrices curieux de poésie irlandaise et aux chercheurs et chercheuses qui s’intéressent notamment à la réception de la poésie irlandaise dans la sphère anglophone.

Le Fonds Adolphe Haberer figure dans le catalogue en ligne de
la Médiathèque du Centre Culturel Irlandais
. Le fonds est consultable sur place, au Centre Culturel Irlandais (5, rue des Irlandais, 75005 Paris), sur rendez-vous : mediatheque@centreculturelirlandais.com
ou 01 58 52 10 83.

 

Médiathèque du Centre Culturel Irlandais. Photo de Marielsa Niels

Virginie Trachsler
Doctorante en littérature irlandaise à l’Université Sorbonne Nouvelle

Collections anglophones de la Sorbonne Nouvelle. 1.

Elizabeth Cady Stanton et Isabelle Bogelot

Parmi les ex-libris et les dédicaces qui figurent dans les collections anglophones de la Sorbonne Nouvelle, certains témoignent des relations étroites entre les mouvements féministes américains et français du XIXe siècle.

En effet, la bibliothèque a hérité de quelques livres ayant appartenu à Isabelle Bogelot, personnage incontournable du mouvement féministe français dans les années 1890.
En 1888, celle-ci participe activement au Conseil International des Femmes (CIF)  (International Council of Women) (ICW). à Washington organisé par La National Woman Suffrage Association (NWSA), dirigée par Susan B. Anthon et Elizabeth Cady Stanton, chefs de file du mouvement américain pour le droit des femmes aux Etats-Unis.
Plus tard, soutenue par  la présidente du Conseil International des Femmes May Wright Sewall, Isabelle Bogelot formera la section française de l’association internationale, le Conseil National des Femmes Françaises avec Sarah Monod comme présidente.


Preuve de son rapport privilégié avec les suffragettes américaines de l’époque, l’un des ouvrages porte une dédicace de l’auteure Elizabeth Cady Stanton :

Eighty years and more : reminiscences 1815-1897 / Elizabeth Cady Stanton, introd. by Ellen Carol Dubois, afterword by Allan D. Gordon, New York, European Publishing Company, 1898. 490 p.-[11 f. de pl.]:portraits, 21 cm.

Marine Bouchami

Bibliothécaire

Université Sorbonne Nouvelle

Bibliothèques numériques dans les îles britanniques. Première partie.

Documents relatifs à l’histoire de l’Écosse

Nous inaugurons une série de billets thématiques sur les collections numérisées et mises en ligne en accès libre par les bibliothèques du Royaume-Uni et d’Irlande.

Ce premier billet a pour thème les sources concernant l’histoire de l’Ecosse.

Les grandes bibliothèques écossaises, notamment la National library of Scotland à Edimbourg, portent une attention particulière à la numérisation de fonds documentaires relatifs à l’histoire régionale. On trouve ainsi en ligne des classiques de l’historiographie du 19e siècle comme le Biographical dictionnary of eminent Scotsmen de Robert Chambers, publié en 1875. Cette historiographie régionale ancienne s’appuie volontiers sur l’histoire des lignages aristocratiques et des clans. La NLS a ainsi numérisé l’édition publiée en 1900 des travaux de compilation manuscrits de l’antiquaire du 18e siècle Walter Macfarlane intitulée Genealogical collections concerning families in Scotland ainsi qu’un ensemble de 383 ouvrages des 19e et début du 20e siècles relatifs à ce type de sujet. On trouvera également en ligne de nombreuses publications des sociétés historiques et autres clubs, dont notamment les publications de la Scottish history society de sa création en 1886 à 2012. L’intérêt pour les monuments historiques et archéologiques se mêle au goût romantique comme dans l’ouvrage Scotia Depicta publié en 1804 et richement illustré. Outre des travaux d’érudition anciens, la NLS a également numérisé des sources historiques. On trouve ainsi un corpus de plus de 700 post office directories publiés entre 1773 et 1911 et de 20 Gazetteers (annuaires géographiques édités à l’intention des voyageurs)du 19e siècle. Les collections des bibliothèques permettent d’étudier des thématiques variées, comme le montre cette collection de 42 recueils de recettes de cuisines écossais, imprimés ou manuscrits, datés du 18e à la première moitié du 20e siècle. Dans le domaine de l’histoire de l’éducation, un corpus regroupe les circulaires détaillant, en général et dans chaque matière, les épreuves du Leaving certificate, équivalent écossais du baccalauréat entre 1888 et 1962. 

Vue d’Edimbourg tirée de l’ouvrage Scotia Depicta conservé à la National library of Scotland : https://digital.nls.uk/74465058

Les bibliothèques des universités écossaises (Saint-Andrews, Glasgow, Edimbourg, Aberdeen) mettent également en ligne des documents anciens concernant l’histoire de la région. L’Université Saint-Andrews a mis en ligne des manuscrits personnels : le journal d’un homme du 19e siècle relatant son voyage de noces à travers l’Ecosse, le commonplace book de l’avocat Alexander MacDuff , celui du professeur de philosophie du 18e siècle Francis Pringle ou encore celui richement illustré de Roberta McInstosh, ayant vécu à l’époque victorienne. La bibliothèque conserve également une compilation manuscrite de recettes de cuisine écrite vraisemblablement par une jeune femme entre 1846 et 1959. Le scrapbook est un autre type de document constitué manuellement comme les scrapbooks de la St Andrews antiquarian society tenus de 1884 à 1928 par son fondateur W T Linskill. A propos de sociétés savantes, l’Université Saint-Andrews a également numérisé les minutes manuscrites des séances de la St Andrews literary and philosophical society entre 1838 et 1861.

Portait de Robert Burns dans le Dictionary of eminent Scotsmen, National library of Scotland, https://digital.nls.uk/biographical-dictionary-of-eminent-scotsmen

Outre les livres et les manuscrits, les bibliothèques conservent d’autres types de documents comme les cartes et plans. La National library of Scotland a mis en ligne une importante collection de cartes de l’Ecosse datées du 16e au 20e siècle. On y trouve des cartes de l’Ecosse dans son intégralité mais également des cartes centrées sur certaines villes ou comtés. Des cartes militaires et géologiques sont présentes ainsi que les grandes séries officielles du 19e et de la première moitié du 20e siècle. Une application permet de localiser les cartes numérisées selon leur objet. Une vue est entièrement dédiée à la série des Roy military survey of Scotland, établie de 1747 à 1755.   Il est également possible d’afficher deux cartes à l’écran pour les comparer.

Les fonds iconographiques (dessins, gravures, photographies) sont une source importante pour l’histoire locale et régionale. L’Université d’Aberdeen a ainsi mis en ligne une collection de 6 000 photographies du port de la ville, prises par les ingénieurs des autorités portuaires. Les photographies anciennes sont une source intéressante pour étudier les environnements urbains. On trouve par exemple cette exposition virtuelle sur les photographies prises à Glasgow au 19e siècle par Thomas Annan ou cet ensemble de 139 photographies prises dans le sud d’Edimbourg, à la demande de la municipalité, avant la destruction d’immeubles insalubres en 1929. L’Université Saint-Andrews conserve les esquisses et aquarelles du professeur John Cook, qui enseigna l’hébreu et la théologie à l’université. Réalisées pour l’essentiel en 1797 elles dépeignent la ville de Saint-Andrews. Les érudits locaux sont aussi producteurs d’images, comme George Henry Hutton, antiquaire amateur, qui a constitué une collection de plus de 500 images d’églises écossaises à la fin du 18e et au début du 19e siècle, conservées à la NLS.

Enfin, la National Library of Scotland a également constitué une collection de films relatifs à l’Ecosse intitulée Moving image archive. On y trouve plus de 2800 vidéos, professionnelles ou amateures. Parmi les films plus anciens on trouve beaucoup d’actualités filmées comme ici un match de rugby à Jedburgh. La majeure partie du corpus date des années 60 à 80 mais tous les films ne sont pas consultables librement en raison du copyright.

Geoffrey Haraux

Bibliothécaire

Université de Lille

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search