L’Université de Lille

La constitution des fonds documentaires en langue, littérature et civilisation anglo-américaines de l’université de Lille remonte au XIXe siècle et a fait depuis l’objet d’acquisitions régulières et conséquentes.

L’importance de ce fonds repose d’une part sur un socle de collections anciennes. La Réserve patrimoniale conserve en effet plus de 1000 documents antérieurs à 1810 en langue anglaise, dont par exemple l‘ édition de 1755 de « A Dictionary of the English language » de Samuel Johnson, ou encore « Appel des Whigs modernes aux Whigs anciens » d’Edmund Burke dans une traduction française de 1791 contemporaine de la publication de l’ouvrage en anglais, exemplaire unique en France.

Les fonds constitués au 19e siècle sont particulièrement riches et s’expliquent par la présence à partir de  1881 d’Auguste Angellier comme  premier professeur de langue et littérature anglaises de l’université de Lille avant d’en devenir le doyen au tournant du siècle.

Tout au long du XXe siècle et jusqu’à aujourd’hui, ces fonds se sont enrichis notamment grâce à une coopération étroite avec des enseignants-chercheurs qui ont permis de développer et de compléter ces collections qui cumulent aujourd’hui près de 65.000 volumes.

Des dons remarquables sont venus au fil des années accroître ces collections, comme la donation Laurenge-Angellier en 1911, ou plus récemment les dons Bernard Escarbelt en 2013 ou Pierre Coustillas en 2019, ou encore l’intégration des fonds de la bibliothèque de recherche Patrick Rafroidi en 2015.

Aujourd’hui, les acquisitions veillent à compléter et enrichir toujours plus les axes d’excellence du fonds, mais elles  suivent aussi de près l’édition très contemporaine de fiction, théâtre et poésie.

La particularité du fonds d’anglais de Lille  est donc d’offrir des collections très riches et dans un spectre très large qui va de l’ancien au très contemporain.

La richesse de ce fonds a valu à l’Université de Lille 3 de devenir en 1997 attributaire  du deuxième exemplaire du Dépôt Légal éditeur redistribué par la BnF jusqu’à l’arrêt du dispositif fin 2014, de se voir attribuer le CADIST en langues, littératures et civilisations des mondes anglophones pour la partie îles Britanniques en 2008, puis d’obtenir la labellisation CollEx et pour le SCD le titre de pôle associé au GIS CollEx-Persée en 2017.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search